Des frites pour les prisonnier.e.s le 25 janvier 2017

Le CAJ s’organise pour soutenir des gens en prison.
Une façon concrète de faire ça, c’est d’envoyer de l’argent aux prisonnier.e.s, pour qu’ils et elles puissent « cantiner » (c’est à dire avoir accès à la radio, la télé, des fruits…)

C’est pour ça que le CAJ vous propose de venir manger des frites à prix libre, en soutien. Ce sera l’occasion de discuter de répression, et surtout de comment s’organiser collectivement pour y faire face.

Le mardi 25 janvier 2017 à partir de 19h à l’observatoire, 87 rue du 10 avril.

Des frites pour les prisonnier.e.s

Le CAJ s’organise pour soutenir des gens en prison.
Une façon concrète de faire ça, c’est d’envoyer de l’argent aux prisonnier.e.s, pour qu’ils et elles puissent « cantiner » (c’est à dire avoir accès à la radio, la télé, des fruits…)

C’est pour ça que le CAJ vous propose de venir manger des frites à prix libre, en soutien. Ce sera l’occasion de discuter de répression, et surtout de comment s’organiser collectivement pour y faire face.

Le mardi 20 décembre 2016 à partir de 19h à l’observatoire, 87 rue du 10 avril.

Le Comité d’Autodéfense Juridique

POURQUOI ?

La police, la justice et la prison sont les outils de la classe dominante pour maintenir l’ordre social capitaliste et écraser tout mouvement de contestation. L’objectif du CAJ est d’organiser la solidarité et l’entraide entre les personnes qui subissent cette répression.

Pour mieux se défendre ensemble !

Pour ne plus être seul.e face à la répression

Pour apporter une aide financière, une réflexion collective, des contacts d’avocats.

Pour approfondir et diffuser nos connaissances de ce milieu hostile qu’est la justice afin d’être davantage préparé.e.s à l’affronter.

Pour sortir de l’angoisse générée par le flic, le juge, le maton…

COMMENT ?

Des ateliers d’auto-défense juridique pour comprendre ce que sont la justice et la police et comment elles fonctionnent.

On diffuse de l’information.

On alimente une caisse de solidarité permanente pour faire face aux frais financiers occasionnés par la répression.

Le CAJ ne croit pas en la Justice de son pays.
Face à la Police et à la Justice, l’autodéfense collective est une nécessité.

Si tu penses qu’on peut t’aider, envoie un mail : caj31@riseup.net

Pour alimenter la caisse, envoyez vos chèques à l’ordre de « CAJ » au
CAJ c/o Canal Sud 14 rue Alfred Dumeril 31400 Toulouse.

La version PDF : Le Comité d’Autodéfense Juridique

Nous donner des sous

Pour celles et ceux qui voudraient envoyer un peu de sous en soutien, vous pouvez envoyer des chèques à l’ordre de « CAJ » à l’adresse suivante :
Canal Sud
40 rue Alfred Duméril
31400 Toulouse

Le CAJ débarque !

La Police contrôle, pacifie, tue ; la Justice enferme. La répression n’est pas aveugle et encore moins anodine. Elle vise celles et ceux qui, malgré une position dans la société qui les voudrait pauvres et dociles, refusent ce sommeil et prennent part aux affrontements quotidiens contre la galère, les flics et les juges.

Le Comité d’Auto-défense Juridique (CAJ) n’est pas un groupe politique. C’est un outil d’entraide, de solidarité, établi sur des bases éminemment politiques. Ce qui a motivé sa création est d’en finir avec le cycle infernal de l’anti-repression, qui nou amène à dénoncer comme innacceptable ce que nous passons de notre temps à décrire comme faisant partie du système que nous combattons.

Le CAJ s’oppose à la machine judiciaire au service de la classe dominante. Cet outil ne soutiendra donc aucun recours à la justice et n’aidera pas une défense qui consiste à s’innocenter aux dépends d’autres personnes.

Le CAJ se veut un espace de réflexions, qui n’a ni vocation à décider de la défense mise en place par une personne ou un groupe, ni a se substituer à des comités de soutien ou des entraides plus informelles déjà existantes. Nous voulons briser la résignation et la soumission produites par l’arsenal juridique et la violence policière, autrement dit, tenter d’accroître notre capacité à être offensifs. Le CAJ peut intervenir à toutes les étapes de la répression, en amont aussi bien qu’en prison (mandats, visites, diffusions d’infos…). Pour cela, il se veut être un outil s’inscrivant dans la durée pour mieux tenir son rôle et ses objectifs que l’on peut résumer en plusieurs points :

Rompre l’isolement dans lequel la machine répressive nous enferme chaque fois que l’on y est confronté.
Apporter une aide financière, une réflexion collective, des contacts d’avocats.
Approfondir et diffuser nos connaissances de ce milieu hostile qu’est la justice afin d’être davantage préparé à l’affronter.
Rendre possible la mise en place de structures type “groupe juridique” lors d’actions aussi diverses soient-elles.
Sortir de l’angoisse générée par le flic, le juge et le maton…

L’enjeu est désormais de diffuser l’outil, afin que le maximum de personnes puisse se l’approprier, et de collecter régulièrement de l’argent afin de pouvoir affirmer des solidarités concrètes

Pour contacter le CAJ :

caj31 [at] riseup.net

La version PDF : Le CAJ débarque !