Atelier sur le refus de prélèvement ADN

Le samedi 21 février, dans le cadre des dix jours d’autodéfense populaire, un atelier autour du refus de prélèvement ADN et du fichage qui en suit se tient à l’Arrrche du Mirail occupée.

De 16h à 18h, ce sera un des moments pour échanger autour de nos pratiques, nos expériences en matière de refus, de défense juridique au tribunal et de capter les récentes évolutions des lois et jurisprudences en la matière.

Il s’agit de mettre à jour nos connaissances et discuter des moyens qui ont permis des relaxes ou, au contraire, ce qui n’a pas marché au tribunal.

Une personne récemment relaxé sur l’ADN sera là pour présenter une forme de lutte sur ce sujet ainsi que la construction de celle-ci. Aussi, l’idée d’une brochure à jour est dans les tuyaux, ce sera l’occasion d’en parler et de savoir où nous en sommes.

Vous êtes donc tout à fait inviter à participer à cet atelier, partager vos astuces et vos interrogations avec nous !

 

Samedi 21 février 2018, 16h-18h, université du Mirail, Arrrche occupée.

https://proxy.duckduckgo.com/iur/?f=1&image_host=http%3A%2F%2Flesmoutonsenrages.fr%2Fwp-content%2Fuploads%2F2011%2F11%2FADN1.jpg&u=https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/uploads/2011/11/ADN1.jpg

Projection « Faites sortir l’accusé » à l’American Cosmographe le jeudi 22 février 2018 à 20h30

Jeudi 22 février à 20H30 – American cosmograph (24 Rue Montardy / Toulouse)
En partenariat avec le journal L’Envolée, pour en finir avec tous les enfermements, projection unique suivie d’une rencontre avec le réalisateur PeG ainsi que Monique Erbé, compagne de Philippe Lalouel et Corinne Lakhdari de l’association Act Up Toulouse, toutes deux protagonistes du film.

Pris dans l’engrenage implacable du mécanisme judiciaire, Philippe Lalouel est en prison depuis trente ans. Contaminé par le VIH lors d’une transfusion sanguine, il se bat pour ne pas mourir entre les murs. Autour d’un énième procès aux assises, sa compagne Monique et un groupe d’amis luttent à ses côtés pour le faire sortir.

Faites sortir l’accusé est plus qu’un documentaire qui montre l’inutilité de la prison et l’inefficacité de la réinsertion. C’est un film impératif pour se mobiliser sur la question carcérale et contre les méandres des longues peines. C’est aussi et surtout une ode à l’amitié et un magnifique film d’amour.

Cantine et permanence de la CAJ vendredi 23 février 2018 à 19h30

Vendredi 23 février 2018, la CAJ vous invite à sa deuxième permanence de l’année autour d’un repas au local Camarades !

Si vous avez des questions autour d’un cas particulier ou autour de l’autodéfense juridique, des expériences à partager sur la garde à vue, des procès ou une détention : c’est l’endroit pour s’organiser ensemble ou se filer des pistes pratiques de défense et des moyens collectifs pour s’organiser face à la justice et la police.

Prochaine permanence-repas le lundi 26 mars à la Chapelle

Concert de soutien à la CAJ le 3 février 2018

Anniversaire des 25 ans du label Stonehenge Records (Amanda Woodward, Ekkaia, Undone…) avec les groupes suivants :

 

 

 

MODERN LOVE (post punk, Norvège)
https://modernloveshack.bandcamp.com/

CHAVIRE (emo-punk, FR)
https://chavire.bandcamp.com/

WOODWORK (hardcore, FR)
https://woodworkhc.bandcamp.com/

NA TUŁACZE (emo-punk, FR)
http://www.stonehengerecords.com/natulacze/

Samedi 3 février 2018
Pavillons Sauvages
25 avenue Jean-Dagneaux
31 Toulouse
à partir de 20h00
PAF : libre

Concert de soutien à la Caisse d’Autodéfense Juridique.

La police polie, la justice juste et le droit droit n’existent pas

Pour que la défense face à la répression ne devienne pas une question de spécialiste et séparée de la lutte, mais qu’elle soit ré-appropriable et réappropriée collectivement.

Pour prendre le temps d’en discuter au-delà de ces aspects pratiques et juridiques, comme une possibilité politique de lutte et de solidarité,

La Caisse d’Auto-défense Juridique (CAJ) vous invite à venir discuter le mercredi 11 Octobre 2017 à La pizzeria Belfort à 19 h

La répression des luttes atteint des niveaux que nous n’avions pas vu depuis longtemps.
Plus globalement, la gestion des pauvres est de plus en plus nécessaire au système et son business toujours plus florissant : politiques anti-squat et expulsions locatives, fermeture-gestion des frontières et agence Frontex, explosion de la vidéo-surveillance, militarisation de la police…
Des manifs contre la loi Travail aux luttes des habitants de Beaumont-sur-Oise, c’est toujours plus de blessé.es, de mutilé.es et de tué.es par la police. La justice continue, en parallèle, son opération de garantie de l’ordre public en condamnant et incarcérant toujours les mêmes, dans des proportions énormes.

Ainsi, le couple police/justice s’assume comme ce qu’il a toujours été : un appareil politique composé d’instruments répressifs au service des classes dominantes.
Rappelons que tous les « grands » candidats de la dernière élection présidentielle proposaient unanimement de construire plus de taules et, sinon, d’étendre la Prison au-delà de ses murs en faisant de nous-mêmes nos propres flics (bracelet électronique, contrôle judiciaire, assignation à résidence etc.).
Pour autant, cette volonté d’étouffement fait face, ici et là, à de nombreux refus et de nombreuses luttes.
La répression n’est pas uniquement subie, elle est aussi combattue, aujourd’hui comme hier, selon des stratégies, des modalités et des moyens divers et mouvants.

Il y a bientôt dix ans, la Caisse d’Auto-défense Juridique (CAJ) se montait à Toulouse face au constat selon lequel la répression n’est que la réponse « normale » d’un État garant de l’ordre social que nous combattons. De ce fait, il importe de s’organiser contre cette répression et faire de la défense une composante des luttes.
L’outil CAJ se structure dans la volonté de pérenniser des outils de solidarité au-delà du seul soutien aux affaires particulières. Il s’agit de s’organiser dans la durée face aux temps répressifs, de ne pas tout recommencer à chaque fois.
Dès lors, ce type d’outil correspond politiquement à une prise de position : d’abord, encore et toujours, la répression est quelque chose de « normal » dans une société basée sur des intérêts contradictoires entre celles et ceux qui gagnent au maintien de cette divergence et les autres qui pâtissent structurellement de la situation.
Ensuite, la capacité concrète à nous réprimer tient à des rapports de force au sein de la société. S’organiser pour lutter est aussi, nécessairement, s’organiser pour anticiper cette répression : ce ne sont pas deux moments distincts et il nous semble important de la penser dans chaque phase de la lutte.
Ainsi, sortir entouré.es de street-médics, monter une legalteam, récolter des thunes pour des caisses de grève/lutte, penser une défense au tribunal collectivement sont autant de moyens d’organiser notre autodéfense sur des bases éminemment politiques.

Néanmoins et malgré une certaine « centralisation » qui s’opère nécessairement (d’informations, de thunes…) l’idée n’a jamais été que la CAJ devienne l’organe de gestion intégrale des questions d’anti-répression sur Toulouse et alentours. Nous n’entendons pas pallier les divers comités de soutien qui se monteraient sur tel ou tel cas de répression.
Un outil « en plus de » et non « à la place de ». La CAJ entend stocker sur la durée et mettre à disposition des expériences face à la justice et face aux flics, des contacts d’avocats et de structures, de l’argent, des réflexions sur le système carcéral, afin de permettre à chacun.e de s’en emparer, de ne pas (re)commencer de zéro, de pouvoir répondre immédiatement à des attaques violentes, comme par exemple une incarcération.

Si nous rappelons ces quelques aspects aujourd’hui c’est parce qu’il nous semble qu’une certaine spécialisation s’est opérée malgré nous, bien que nous en soyons fautifs.ves. La CAJ s’est consacrée au soutien de nombreuses personnes sujettes à la répression (en témoigne le nombre de personnes soutenues après les émeutes suite à l’assassinat de R. Fraisse ou suite aux manifs de la loi Travail) mais cantonnée souvent à des prestations de services (néanmoins nécessaires).
À côté de cette assurance matérielle, il nous semble que les mobilisations de soutien aux inculpé.es de telle manif, telle action ou tel délit ont peu vu le jour ces derniers temps. À chaque cas, la CAJ est contactée et le soutien s’opère (avec plus ou moins d’efficacité) mais la défense plus globale, la continuation de la lutte de départ ou l’élargissement à une critique, en acte, de la justice et du maintien de l’ordre est souvent peu de mise.

Rien de dramatique dans cet état de fait, il nous semblait nécessaire de reposer ces questionnements de manière plus globale, comme une invitation à se ressaisir des questions de défense et d’anti-répression dans les diverses luttes qui verraient le jour dans cette ville.
Prenons acte que la répression n’est pas un temps séparé du reste de nos combats politiques, sur lequel nous n’aurions aucune prise.
Anticipons ces questions lorsque nous appelons à des manifestations ou autres actions.

Enfin, si cela vous intéresse de venir discuter de tout cela ou d’autre chose, si aider ou rejoindre la CAJ vous parle, on propose de se retrouver le mercredi 11 Octobre, à 19h à la pizzeria Belfort (2 Rue Bertrand de Born)

Des frites pour les prisonnier.e.s le 25 janvier 2017

Le CAJ s’organise pour soutenir des gens en prison.
Une façon concrète de faire ça, c’est d’envoyer de l’argent aux prisonnier.e.s, pour qu’ils et elles puissent « cantiner » (c’est à dire avoir accès à la radio, la télé, des fruits…)

C’est pour ça que le CAJ vous propose de venir manger des frites à prix libre, en soutien. Ce sera l’occasion de discuter de répression, et surtout de comment s’organiser collectivement pour y faire face.

Le mardi 25 janvier 2017 à partir de 19h à l’observatoire, 87 rue du 10 avril.

Des frites pour les prisonnier.e.s

Le CAJ s’organise pour soutenir des gens en prison.
Une façon concrète de faire ça, c’est d’envoyer de l’argent aux prisonnier.e.s, pour qu’ils et elles puissent « cantiner » (c’est à dire avoir accès à la radio, la télé, des fruits…)

C’est pour ça que le CAJ vous propose de venir manger des frites à prix libre, en soutien. Ce sera l’occasion de discuter de répression, et surtout de comment s’organiser collectivement pour y faire face.

Le mardi 20 décembre 2016 à partir de 19h à l’observatoire, 87 rue du 10 avril.

Le Comité d’Autodéfense Juridique

POURQUOI ?

La police, la justice et la prison sont les outils de la classe dominante pour maintenir l’ordre social capitaliste et écraser tout mouvement de contestation. L’objectif du CAJ est d’organiser la solidarité et l’entraide entre les personnes qui subissent cette répression.

Pour mieux se défendre ensemble !

Pour ne plus être seul.e face à la répression

Pour apporter une aide financière, une réflexion collective, des contacts d’avocats.

Pour approfondir et diffuser nos connaissances de ce milieu hostile qu’est la justice afin d’être davantage préparé.e.s à l’affronter.

Pour sortir de l’angoisse générée par le flic, le juge, le maton…

COMMENT ?

Des ateliers d’auto-défense juridique pour comprendre ce que sont la justice et la police et comment elles fonctionnent.

On diffuse de l’information.

On alimente une caisse de solidarité permanente pour faire face aux frais financiers occasionnés par la répression.

Le CAJ ne croit pas en la Justice de son pays.
Face à la Police et à la Justice, l’autodéfense collective est une nécessité.

Si tu penses qu’on peut t’aider, envoie un mail : caj31@riseup.net

Pour alimenter la caisse, envoyez vos chèques à l’ordre de « CAJ » au
CAJ c/o Canal Sud 14 rue Alfred Dumeril 31400 Toulouse.

La version PDF : Le Comité d’Autodéfense Juridique

Nous donner des sous

Pour celles et ceux qui voudraient envoyer un peu de sous en soutien, vous pouvez envoyer des chèques à l’ordre de « CAJ » à l’adresse suivante :
Canal Sud
40 rue Alfred Duméril
31400 Toulouse